25/04/2024 - https://www.lefolgoet.fr/decouvrir-le-folgoet/un-peu-dhistoire/les-aviateurs-britanniques/
Accueil
Bulletin de la semaine
Annuaire des associations
Météo
Menus scolaires
Les DEFIBRILLATEURS au Folgoët
Agenda
Transports collectifs
Artisans & commerçants
Paiement en ligne PAYFIP
Etat civil
Déchetterie
Contact
Imprimer
Modifier le contraste Réduire la taille de police Taille de police d'origine Augmenter la taille police
Rejoignez nous sur Facebook Contactez-nous
En 1 clic

Le 15 août 1943

Le Monument aux Morts du Folgoët contient les noms de trois pilotes de la Royal Air Force aux côtés de ceux de notre communauté qui ont donné leur vie pour la France.

Le Squadron Leader (chef d’escadron) MACINTYRE et le Flight Lieutenant SMALL, tous deux de souche écossaise, sont enterrés dans le cimetière communal.

Cinq pilotes ont été abattus lors d’un combat aérien qui s’est déroulé dans l’après-midi du 15 août 1943 au-dessus de la ville.  Deux pilotes allemands de la Luftwaffe, l’Oberfeldwebel (sergent) SIEVERT et l’Oberfeldwebel GRYZ, sont enterrés dans le cimetière allemand de Lesneven.  Le cinquième pilote, le RAF Flight Lieutenant BIDDULPH, originaire d’Afrique du Sud, s’est écrasé en mer.  Son corps n’a jamais été retrouvé.

Les pilotes de la RAF appartenaient tous à l’escadron RAF No 266. Pilotant le puissant chasseur Hawker Typhoon, ils ont décollé d’Exeter. Leur mission ce jour-là était d’escorter les bombardiers alliés qui devaient attaquer la base de la Luftwaffe à Guipavas. Mais les pilotes du 266 n’ont pas été informés lorsque les bombardiers ont été rappelés à leur base en Angleterre.

L’aérodrome de Guipavas est bien défendu par des patrouilles aériennes régulières de chasseurs Focke Wulf FW 190 de la Luftwaffe. En traversant la côte, les chasseurs alliés ont été pris par surprise par l’arrière. D’autres chasseurs de la Luftwaffe sont également mobilisés pour repousser l’attaque. Le combat est rapide et furieux. Le Typhoon et le FW 190 volaient tous deux à plus de 660 km/h.

Sandy MacIntyre s’est écrasé dans son avion à Kerdroc à St Frégant.

Johnnie Small a sauté de son avion mais son parachute ne s’est pas ouvert (plusieurs témoins affirment qu’il a été abattu dans son parachute). Son avion s’est écrasé à Kergolestroc. Brian Biddulph a été vu en train de sauter de son avion mais on présume qu’il s’est noyé.

Hans Gryz a sauté de son avion qui s’est écrasé à Lanruc en Ploudaniel, mais son parachute ne s’est pas ouvert. George Sievert s’est écrasé avec son avion entre Croachou-Ber et Feunten Veas dans le Folgoët même.

Le commandant allemand à Lesneven, le Colonel Jaeger, ordonne que les deux pilotes de la RAF aient des funérailles militaires complètes avec une garde d’honneur de soixante soldats de la Wermacht, dirigés par le Sergent Bittner, un prêtre catholique qui a servi dans l’armée allemande comme infirmier. La cérémonie est dirigée par le Chanoine Gueguen, du Folgoët. Des gens de toutes les villes et villages environnants ont rempli la basilique pour montrer leur solidarité lors des funérailles.

Selon le chanoine Gueguen, ce fut une « cérémonie magnifique, qui fait honneur aussi bien aux soldats allemands de l’armée d’occupation qu’aux habitants du Folgoët. »

Les trois aviateurs alliés sont venus de très loin pour combattre pour la Libération de la France. Johnnie Small était marié depuis 3 mois. Sandy MacIntyre était l’ainé de quatre fils, tous portés volontaires. Brian Biddulph avait célébré ses 21 ans six semaines auparavant. Il était le deuxième et dernier fils de sa famille à perdre la vie dans la guerre.

Tous les ans, le 8 mai et le 11 novembre, la Commune et L’Union des Anciens Combattants honorent leur sacrifice.

 

Pour la Mémoire.

Nous nous souviendrons d’eux !

We will remember them !

 

 

Documentations
Dossier historique